Mon mari, mon meilleur ami - Victoria Hoppe

Mon blogue

Mon mari, mon meilleur ami

Mon mari, mon meilleur ami - Victoria Hoppe

C’est peut-être une chose qui n’arrive jamais dans un couple, mais avec notre complicité, je considère mon mari comme mon meilleur ami. Quand il m’a dragué la première fois à l’université, je n’avais pas d’amis de gars, mais juste un groupe de filles qui faisait tout ensemble. J’étais le genre de fille très sage et très timide, tandis que lui, avec son groupe d’amis était le genre frimeur et qui faisait tout pour se faire remarquer. Marc, mon mari, et ses amis faisaient tout ensemble. Et il n’était pas rare que j’aperçoive sa voiture devant des clubs de billard ou des bars de notre coin. Au fil du temps, nous avons grandi et vers la fin de notre parcours universitaire, nous sommes sortis ensemble. Nous avons toujours côtoyé nos amis d’antan, mais comme le travail de Marc en tant que planificateur financier l’exigeait qu’on s’installe dans une autre région, on n’a plus revu nos anciens amis. Alors, on vivait seul dans une nouvelle ville et on a dû essayer de se rapprocher et de raffermir notre relation de couple. On se le devait, car on était loin de tout et on n’avait pas encore d’enfants. C’est aussi là que j’ai vu combien mon mari avait changé. Je ne travaillais pas, alors, je ne connaissais pas beaucoup de monde. Et par changement, j’ai vu que mon mari était de plus en plus proche de moi. Certes, il s’est construit une relation avec ses nouveaux collègues, mais il se consacre beaucoup aussi à notre vie de couple. À la maison, sans que je ne le dise, il ressent quand j’ai de la peine, et là, il a le don de me faire rire. Il voit également quand je suis contente et il fait en sorte qu’on se le partage. Et ce n’est pas tout, quand je fais quelque chose de travers, il me réprimande. Entre nous, ce n’est pas rose tous les jours, mais en tant que mari, il sait se faire respecter et je le respecte. Et en tant qu’ami, il sait m’écouter et me donner des conseils. Aujourd’hui, même si je suis loin de mes amies, de mes sœurs et de mes parents, géographiquement, je ne me sens pas seule pour autant. Mon mari me comble de joie. Il est tout à fait affectueux et sait m’écouter. En fin de compte, c’est tout ce que je demande dans notre relation et vivement un premier enfant. Comme cela, j’aurai encore un autre ou une autre amie à qui me confier.